Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de Tarek-to-Verso

Poésie Prose et Patatrac.



Hommage sans fromage.


Merci Chirac. Pour moi, et pour tous les autres. Tes positions sur l'Irak on fait de toi un Apôtre.

Apôtre du message Sage contre l'Abomination. Qu'essaient de répandre certaines Grandes Nations.

Sur nos villes et sur nos cœurs affligés. Nourrie de haine semée par la Géhenne qu’ils ont érigée.

Serait-ce l’Antéchrist ressuscité sur nos larmes? Faites vos prières, ou alors goutez à leurs armes!

Moi je ne suis plus cet Homme  si fragile d’Hier.  Je résisterai à ces gourous du Mal à ma manière.

En Riant, en Criant et en Priant pour tous ces Braves.  A qui on voudrait mettre mors, bride et entraves.

N’ayez crainte amis d’aujourd’hui et de Demain. La Vérité  chassera cette bête cracheuse de Venin.

Non, je ne suis pas fou,  vous qui pensez être sensés. Observez  donc la roue de l’Histoire sur sa lancée.

La vie n’est rien de plus qu’un Eternel Recommencement. A qui saura y faire le choix du renoncement.

N’ouvrez pas vos veines mais plutôt vos esprits. Et joignez vos noms au mien sur  la liste des proscrits.

 

Capharnaüm:

 


  J'essaie toujours de me souvenir de ne pas oublier. Mais comment faire quand on a le cerveau un peu grillé. Du coup, je me rappelle des souvenirs à la pelle, des rires et des visages familiers, des bribes de tout et surtout de rien, des choses lointaines et d’autres qui n'ont avec moi aucun lien. Dans ma tête, tout fond comme neige...Je nage et me débats dans la mare des incertitudes et des doutes qui m’assiègent. Quelques accents et 245 lettres plus tard, j'essaie vainement de comprendre, mais il est peut-être trop tard?...A quoi bon finalement? Je me résigne alors et je cueille à ma mémoire quelques pensées, et deux ou trois proses sur ma lancée. Et puis je me répète dans ma tête cette salutaire litanie : Je ne dois pas me souvenir, car le souvenir tue l'esprit et conduit à son oblitération totale…




L'AMOUR. de Jubran Khalil Jubran  [1883 - 1931]
( traduction de l'arabe)

Quand l'amour vous fait signe, suivez-le,
Bien que ses voies soient dures et escarpées.
Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui,
Bien que l'épée cachée dans son pennage puisse vous blesser.
Et lorsqu'il vous parle, croyez en lui, malgré que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord saccage vos jardins.
Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier. De même qu'il est pour votre croissance il est aussi pour votre élagage.
De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus légères qui tremblent dans le soleil,
Ainsi pénétrera-t-il jusques à vos racines et secouera dans leur attachement à la terre.
Comme des gerbes de blé il vous emporte.
Il vous bat pour vous mettre à nu.
Il vous tamise pour vous libérer de votre bale.
Il vous broie jusqu'à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu'à ce que vous soyez souples ;
Et alors il vous livre à son feu, pour que vous puissiez devenir le pain sacré du festin de Dieu.
Toutes ces choses, l'amour vous les fera pour que vous puissiez connaître les secrets de votre coeur et de venir, en cette connaissance, un fragment du coeur de la Vie.
Mais si dans votre peur, vous ne recherchez que la paix de l'amour et le plaisir de l'amour,
Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et sortir de l'aire de l'amour,
Pour vous rendre dans le monde sans saisons où vous rirez, mais non pas tous vos rires, et pleurerez, mais non pas toutes vos larmes.
L'amour ne donne que de lui même et ne prend que de lui-même.
L'amour ne possède pas, et ne veut pas être possédé ;
Car l'amour suffit à l'amour.
Quand vous aimez, vous ne devez pas dire Dieu est dans mon coeur, mais plutôt, je suis dans le coeur de Dieu.
Et ne pensez pas que vous pouvez guider le cours de l'amour, car l'amour, s'il vous trouve dignes, dirigera votre cours.
L'amour n'a point d'autres désir que de s'accomplir.
Mais si vous aimez et devez avoir des désirs, qu'ils soient ceux-ci :
Se fondre et être un ruisseau coulant qui chante sa mélodie à la nuit.
Connaître la douleur de trop de tendresse.
Être blessé par sa propre intelligence de l'amour ;
Et saigner volontiers et joyeusement.
Se réveiller à l'aurore avec un coeur ailé et rendre grâce pour une autre journée d'amour ;
Se reposer à l'heure de midi et méditer sur l'extase de l'amour ;
Rentrer en sa demeure au crépuscule avec gratitude,
Et dormir avec en son coeur une prière pour le bien-aimé, et sur les lèvres un chant de louange."



Partager cette page

Repost 0